Mission du club

Sa mission

« Bienfaits mutuels, prospérité mutuelle »

C’est en s’inspirant de cette célèbre citation du fondateur du judo, Jigoro Kano, que le Club de judo Saint-Hyacinthe veut promouvoir ce sport olympique ainsi que ses nombreux bienfaits auprès de la population de la grande région maskoutaine.

Ses objectifs

Développer chez le judoka le goût de l’effort et de la persévérance, le goût de se surpasser et ce dans toutes les facettes de la vie en société.
Permettre à ses judokas d’atteindre leurs objectifs, quels qu’ils soient, dans un dojo moderne, bien équipé et sécuritaire.
Inculquer les valeurs d’entraide et d’empathie.
Promouvoir et inculquer le code d’honneur du judo : la politesse, le courage, la sincérité, le contrôle de soi, le respect, l’amitié, la modestie et l’honneur.

Le Club de judo Saint-Hyacinthe veut donc participer à former, non seulement des athlètes mais aussi et surtout des individus qui seront des acteurs positifs et engagés dans la société.


Hommage à Louis Graveline

C'est à la fin des années 1950, que le judo débute à Saint-Hyacinthe. Retracer le développement du judo à Saint-Hyacinthe, c'est suivre le parcours d'un passionné : Louis Graveline. C'est à cette époque que Louis Graveline découvre ce sport grâce à Harold Bienvenue, alors entraîneur de judo depuis quelques années. En allant jouer aux quilles au Centre Notre-Dame sur la rue Dessaules, Louis fut un jour intrigué par ces gens qui passaient dans les corridors en pyjama. Il décida donc de les suivre pour voir ce qu'ils pouvaient bien faire habiller comme ça. Impressionné par ces judokas à l'entrainement, mais trop timide pour faire les premiers pas afin de s'inscrire, Louis assista avec assiduité aux entrainements s'à ce qu'un soir, Harold Bienvenue, exaspéré de le voir encore là, assis à regarder, lui fasse signe de se joindre au groupe. Pour Louis, ce fut la piqure! C'était en 1963.
Talentueux et très travaillant, Louis toucha rapidement à la compétition et remporta en 1966 le Championnat de l'Est du Canada. En 1968, il obtint sa ceinture noire, la première formée par Harold Bienvenue.

Ayant délaissé la compétition pour cause de blessures, Louis développa rapidement un enthousiasme pour l'enseignement du judo. Il fit ses débuts comme entraîneur en 1966 avec une première classe de filles. Louis, ce grand timide de 21 ans, devait maintenant s'adresser à tout un groupe de judokas, des jeunes filles en plus, à peine plus jeunes que lui. Assez gênant! Mais la timidité fit place à l'assurance car les jeunes filles n'abandonnèrent pas et revinrent semaine après semaine suivre ses cours. Louis réalisa donc qu'il réussissait à transmettre sa passion et ses connaissances en judo. Sa carrière de professeur de judo était lancée. En 1971, il commença à enseigner à Douville à un groupe d'enfants. C'est le début du Club de judo Saint-Hyacinthe. C'est là que quelques années plus tard, il y forma ses premières ceintures noires, Yvon Duquette, Yves Gendron et Louise Beauregard.

C'est en 1975 que le Club de Judo Saint-Hyacinthe s'installa dans le local actuel du Centre Culturel. C'est à cette époque que plusieurs jeunes athlètes vinrent grossir les rangs du Club de judo ; Jocelyne et Pierrette Beauregard, Jacques Bernard, Christiane Lefrançois, Alain Rochefort, Marcel Bonneau, Sylvie Guertin et plusieurs autres. Le Club de judo Saint-Hyacinthe fondé par Louis était là pour durer.

Tout en enseignant, Louis commença à être intéressé par l'arbitrage. C'est en 1972 qu'il débuta cette carrière d'arbitre. Grade après grade, il gravit les échelons et en 1992, il passa avec succès son grade d'Arbitre International A, grade qui le conduisit sur presque tous les continents. Que ce soit au Canada, aux États-Unis, en Allemagne, en Autriche, en Angleterre, au Portugal, en Hollande, en France, ou au Niger, années après années Louis fit ses preuves dans des compétitions de plus en plus prestigieuses, notamment le Championnat du Monde Junior au Portugal en 1995, le Championnat du Monde Senior en Angleterre en 1999 et le fameux Tournois de Paris en 2001. Pour vous donner une idée de l'importance de ce tournoi pour la France et les Français, c'est à peu près l'équivalent du Tournoi de Wimbledon sur la scène du tennis mondial.

Donc, en judo, comme dans tous les sports, de la pression sur les arbitres, il y a en a, mais Louis est capable d'en prendre. Ses compétences, sa grande connaissance de tous les règlements dans leurs moindres détails, son calme, son assurance et surtout son impartialité, ont fait de lui un arbitre grandement apprécié partout où il passe.

À ce jour, il a été reconnu plusieurs fois par Judo-Québec et par la Ville de St-Hyacinthe comme arbitre par excellence. Mais sa carrière d'arbitre ne s'arrête pas aux plus grandes compétitions internationales. Ici au Québec, il arbitre à tous les niveaux, que ce soit au club, lors des rencontres du samedi, dans les compétitions de zone ou au niveau provincial et canadien. Depuis plusieurs années, il est responsable de la formation de la relève en arbitrage dans la zone, il aide donc les jeunes arbitres à devenir des officiels compétents et consciencieux.

Aujourd'hui, on peut dire que Louis en a vu passer des judokas sur son tatami. Des enfants, des adolescents, des adultes, des gars, des filles… des centaines, en fait, des milliers. En 1985, Louis est devenu entraîneur de l'équipe collégiale au Cégep de St-Hyacinthe. Il y a véritablement fondé une dynastie. Ses équipes féminines et masculines ont remporté entre 1986 et 2004, pas moins de 40 bannières de Championnat inter-collégial, un exploit inégalé dans le monde du judo collégial.

Plusieurs athlètes formés par Louis ont laissé leur marque dans l'histoire du judo québécois comme les Louise Beauregard, Yvon Duquette, Jean Sauriol, Bernard Rouer, Guylaine Roy, Isabelle Parenteau, Geneviève Larouche, Mathieu Coté et évidemment l'Olympienne Luce Baillargeon. Et que dire de la relève! En 2006, Louis n'a pas hésité à poursuivre sa formation comme entraîneur. Il n'hésita pas à consacrer le temps et les efforts nécessaires afin d'obtenir son niveau PNCE III lui permettant de devenir entraîneur dans le programme de Sport-Études implanté par la Commission scolaire de St-Hyacinthe. Il en a travaillé un coup, il en a mis des heures (et quelques jurons), il a même pensé laisser tomber, mais il a persévéré et il a réussi. Il entraîne donc présentement une quinzaine de jeunes judokas inscrit au programme Sport-Études, de véritables mordus du judo, qui profitent de sa vaste expérience et de ses compétences comme entraîneur.

Depuis plus de 40 ans, Louis est là, à la barre du Club de Judo St-Hyacinthe et toujours la même passion, le même dévouement l'anime. Tout au long de sa fructueuse carrière, que ce soit comme arbitre ou comme entraîneur, ses efforts, sa compétence, sa persévérance, son amour du judo et son amour des enfants ont été reconnus par le milieu du judo québécois et par le milieu maskoutain. Notons en passant qu'il a reçu le titre d'Entraineur de l'année lors du tout premier Mérite Sportif Maskoutain pour la saison 1985-86. Certains d'entre vous se souviendront peut-être de cette belle soirée du Méritas Sportif au Manège militaire de St-Hyacinthe.

Depuis ce jour, il en a reçu des marques de reconnaissance. Le Prix Dollard-Morin en 2001, sa nomination au Temple de la Renommée de Judo-Québec à titre de Pionnier-Bâtisseur en 2002, plusieurs fois finalistes comme entraineur de développement au Gala de Judo-Québec et, cette année, il entrera au Temple de la Renommée de Judo-Québec pour avoir formé plus de 50 ceintures noires à ce jour.

Bien sûr, ce court texte ne fait que survoler les réussites dans la carrière de Louis. Mais tout n'a pas été facile pour lui. Par exemple, une inondation au sous-sol du Centre Culturel en 1977 rendit inutilisables les tatamis qu'il avait payés de sa poche (en fait grâce à un emprunt à la banque) et pour lesquels il n'était pas assuré. Il dut s'endetter encore plus afin de reconstruire le dojo. Puis, la veille de Noel 1979, un incendie éclate au sous-sol de ce même Centre Culturel et détruit encore une fois les installations du Club de judo. Plusieurs se seraient découragés devant ces malheurs et auraient laissé tomber, mais pas Louis. Il s'est retroussé les manches et avec l'aide de plusieurs judokas et amis il a reconstruit encore une fois son dojo. Louis est un persévérant, son parcours le prouve hors de tout doute.

Louis est maintenant à la retraite. Il ne travaille plus au Cégep. C'est, comme on dit, un retraité actif. Mais actif est un mot bien faible pour décrire ses semaines bien remplies. Il est sur le tatami près de 40 heures semaines et c'est sans compter le temps consacré à la préparation des cours et des entrainements et sans compter les heures passées à coacher ou à arbitrer les fins de semaine durant la saison de compétition. Pour faire tout ça, il faut avoir la piqure, il faut avoir la passion.


Hommage à Louis Graveline
Méritas Sportif Maskoutain 2008

Faits saillants: Athlète:

1963 Début de sa carrière de judoka
1966 Champion de l'Est du Canada
1968 Obtention de sa ceinture noire
2000 Obtention de sa ceinture noire 5e dan
2011 Obtention de sa ceinture rouge et blanche (6e dan)

Entraineur :

1966 Début de sa carrière d'entraineur
1971 Fondation du Club de judo Saint-Hyacinthe
2006 Obtention de son PNCE III
2008 50 ceintures noires formées

Arbitre :

1972 Début de sa carrière d'arbitre
1992 Obtention de son grade International A
1999 Arbitre au Championnat du Monde Senior à Birmingham en Angleterre

Autres accomplissements :

Grade d'arbitrage international A 1992
Prix Dollar-Morin? 2001
Nombre d'international A au Canadav
Tournoi de Paris? 2003
Munich? 1990 German Open
Années entraineur au Cégep? 1986-2004
Nombre de bannières de championnats? 40
Temple de la Renommée de Judo-Québec à titre de Pionnier-bâtisseur? 2002
Temple de la Renommée de Judo-Québec comme directeur technique ayant formé plus de 50 ceintures noires 2008
Premier Mérite Sportif de la ville de St-Hyacinthe comme entraineur en 1985-86
Membre de la Commission Nationale pour Temple de la renommée 2003
Champ Monde Junior 1995 Portov
1993 Paris Francophonie
2006 Niger Francophonie


Historique en vidéo



CONTACTEZ-NOUS

CLUB DE JUDO ST-HYACINTHE
Centre multi-sports C.A. Gauvin
St-Hyacinthe, Qc
J2S 5B2

info@judosthyacinthe.com

Suivez-nous sur Facebook

NOS PARTENAIRES